Le blog des progressistes

EDITORIAL

Le joueur de flûte de Paray

 

Dans ses voeux parus dans le JSL du 19 Janvier, et au cours de ses visites de campagne électorale avant l'heure, le député Nesme interprète pour la énième fois la même rengaine.  Son analyse sarko-politico-économico-financière fumeuse et partisane est inspirée sans nuances de l'idéologie ultralibérale qui le caractérise et dont il ne démordra jamais...  Le combat pour le reléguer, en Juin, lors des prochaines élections législatives, dans sa seule et chère Mairie ne souffre pas de pauses.  Le vote Front de Gauche est la clé détenue par les électeurs contre le fatalisme, pour une véritable alternative, pour mettre fin à cinq ans qui ont vu les nantis s'enrichir et les difficultés s'accumuler pour la majorité d'entre nous.  Chantre du "mouvement continu", il nous à fait faire, avec ses collègues de droite de l'Assemblée nationale et le gouvernement sarkozy -Fillon qu'ils soutiennent, une marche arrière qui n'a pas d'équivalent depuis le début de la Cinquième République.  Leur refrain, c'est le citoyen qui s'efface devant l'administré, l'usager devant le client, l'élu devant l'expert, la loi devant le contrat, la maîtrise de l'économie devant les marchés financiers, l'intérêt général devant l'intérêt particulier.  Cette partition est mise en mesure par l'Europe, reprise par la droite au pouvoir, en France et dans les autres pays européens, en conformité avec les exigences du grand patronat, celui du MEDEF en France.  Elle remet en cause tous les acquis sociaux, détruit l'action publique, et l'autonomie du pouvoir politique.   Cette logique libérale, celle du capitalisme mondialisé et financiarisé, le député ne la connaît pas, la lutte des classes n'est pas dans son répertoire quand il appelle à l'union sacrée, en éludant la cause principale de la crise que nous subissons mais dont il est préservé.  Silence sur la responsabilité des fauteurs de crise et de détresses sociales dont il fait parti avec ses amis et dont les votes successifs avec la Révision Générale des Politiques Publiques cassent les services publics, notamment celui de l'Education Nationale et imposent l'austérité qui nous mènent dans le mur.  Il se risque aussi à un couplet contre la démocratie en stigmatisant ceux qui ne pensent pas comme lui et ils sont majoritaire dans le pays. Quand il nous prédit le désordre général , comme son chef Accoyer prévoit la guerre sociale après les élections, c'est faire peu de cas de la maturité politique et de la clairvoyance grandissantes des citoyens de ce pays.  L'apprenti-sorcier , c'est lui dont les convictions sont affirmées à de nombreuses reprises, en harmonie avec les thèses les plus réactionnaires de la droite populaire Régulation et contrôle des flux migratoires, défense a tout crin de l'enseignement privé; opposition au droit de mourir dans la dignité, au mariage des homosexuels sont autant de passerelles avec le Front National.

Leur dernier arrangement avec le code du travail est d'étendre les dérogations qui autorisent le travail de nuit pour les jeunes, afin d'adapter l'apprentissage aux situations locales.  Au nom de la compétitivité, flexibilité, les patrons pourraient remplacer leurs salariés par des apprentis de moins de 16 ans, payés comme on le sait de 25 à 35% du SMIC...

Quant à la romance bucolique composée sur le théme de la candidature pour l'inscription du Bocage charolais au Patrimoine Mondial de l'humanité orchestré par le Pays-Charolais-Brionnais, cela ressemble fort à une sonate electoraliste du député-Maire de Paray Président du Pays, cumulard parmi les cumulards.  La reconnaissance par l'UNESCO met de 5 à 10 ans pour aboutir, quand on voit ce qui vient de se passer pour "les climats de Bourgogne", on peut douter de la réussite de ce vaste projet.  De riches voisins européens lui ont déjà manifesté leur soutien en intégrant le comité.  Ils voient là sans doute une aubaine pour venir profiter de la symphonie du chant des oiseaux d'une région sanctuaire, où de nombreuses exploitations agricoles ont disparu depuis dix ans, région désindustrialisée, désertée, annexe de la Côte d'Azur, "Bronze-cul" de l'Europe. On est loin de la mobilisation populaire escompté ...quant aux retombées économiques...

 

Petit jeu: Combien trouvez-vous de mots du vocabulaire musical ?   

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article