Le blog des progressistes

Fidèle et récompensé...

Après avoir apporté son soutien à l'ouverture d'une école privée hors contrat, à caractére confessionnel, à Paray-le-Monial, M. Jean-Marc Nesme, dans le droit fil de ses choix idéologiques vient avec 65 députés UMP, de signer une tribune dans " Valeurs actuelles" en faveur de la politique familiale, telle que la conçoit le Parti Démocrate de Saône et Loire ...

 Sous couvert de retour aux fondamentaux, ce manifeste exhortant le gouvernement "à ne pas oublier la famille, indispensable à la cohésion sociale" déjà repris par l'extrême droite et les catholiques traditionalistes, a comme des relents de pétainismes. Après l'exaltation du travail avec le "travailler plus pour gagner plus" et de la patrie avec " l'identité du peuple français", on assiste à un glissement de terrain idéologique à l'UMP vers la Droite populaire et la Droite libre qui constituent la colonne vertébrale de la nouvelle droite réactionnaire.  Dans ce contexte, une alliance avec le Front national est tout à fait possible, les passerelles sont jetées car ils n'ont "pas d'ennemi à droite" disent-ils.

Notre député serait-il devenu un grand spécialiste des problèmes pédagogiques et éducatifs, ses multiples questions écrites au ministère de l'Education national tendraient à nous le faire croire. 

 Dans sa campagne  sélective de dénigrement de l'Ecole publique au profit de l'enseignement privé, M. Nesme récidive en stigmatisanrt le problème des lacunes rencontrées par les petits écoliers de l'école primaire dont 40%, qui ne sortent surement pas de Jeanne d'Arc, ne maîtriseraient pas selon ses sources, les savoirs fondamentaux à l'entrée en sixième.  Bien que cette question soit en effet très préoccupante et abordée, pour lui apporter une solution, par ceux qui souhaitent une école de la réussite pour tous les jeunes, les résultats des évaluations nationales auxquels, il est fait allusion ne sont que des repères, un diagnostic en début d'un nouveau cycle scolaire, des réussites, des erreurs et des difficultés éventuelles de chaque élève, par rapport à son avancée dans les apprentissages.  Ces épreuves ne couvrent pas tout le champ des connaissances ou compétences acquises ou en cours d'acquisition.  En réalité, la proportion d'élèves en difficulté de lecture à l'entrée en sixième est en moyenne de l'ordre de 20%, (15% en 1997) avec une augmentation sensible dans le secteur de l'éducation prioritaire et 37,7% des élèves ne maîtrisent pas suffisamment les notions mathématiques pour réussir de façon autonome au collège ( évaluations rentrée 2010).  Souhaitant avec une autre question écrite à M. Luc Chatel, toujours ministre de l'Education nationale que l'on réponde aux inquiétudes de l'enseignement catholique en matière de fermetures de postes "au rythme des coupes budgétaires" que le député a pourtant votées, celui-ci fait état des chiffres donnés par M.Eric de Labarre, secrétaire général de l'enseignement catholique, qui dresse un tableau très noir de la situation, comme si le ciel lui tombait sur la tête.  L'enseignement privé scolarise 13,5% des élèves d'âge primaire, proportion stable depuis plusieurs années, mais en baisse régulière chaque année, surtout à l'école maternelle avec la baisse de la scolarisation des enfants de 2 ans.  Cependant, le budget 2010 à fait la part belle au privé.  Quand des postes étaient créés, le privé réclamait sa part de 20% du nombre de ceux créés dans le public, mais la règle des 20% ne s'est pas appliquée en matière de fermeture, ainsi, 14 600 postes ont été supprimés dans le public et seulement 1 400 dans le privé (deux fois moins que le principe en vigueur).  Mais le député a été entendu, les élus de droite au Sénat viennent de voter un amendement au budget, certes contre l'avis du gouvernement, mais qui attribue quand même 4 millions d'€uros, soit 250 postes supplémentaires à l'enseignement sous contrat.  En revanche, dans le même temps, la majorité a confirmé les 14 367 nouvelles suppressions d'emplois d'enseignants dans le service public de l'Education national.  Tout un symbole des choix politiques de cette majorité présidentielle. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article