Le blog des progressistes

Sauvons nos banquiers jusqu'au dernier grec ??

Et rebelote ; après 2008 une nouvelle crise financière est à notre porte : Les ingrédients sont réunis avec les banques françaises et allemandes en première ligne et une mécanique financière identique à celle qui s'est déclenchée après la Lehman Brother en 2008 aux USA .

Aujourd'hui les banques Grecques se retrouvent dans l'impossibilité de rembourser leurs créances , les pertes sont énormes et la faillite de celles-ci parait imminente avec l'effondrement du système bancaire grecque .

Mais à y regarder de plus près ; les banques grecques sont devenues des filiales des principales banques européennes : Par exemple Emporiki filiale de notre Crédit Agricole est exposée à une faillite de 25 milliards d'euros , pareil pour Geniki et la Societé générale ; la BNP et d'autres soit une exposition totale de 46 milliards pour les seules banques françaises .

Le mécanisme le même qu'en 2008 ; la spéculation effrénée , la course aux gros profits à cours termes  : Nos banquiers ont prêté tant qu'ils pouvaient à des taux prohibitifs de 11 à 15% d'un montant bien supérieur à ce que pouvait rembourser l'emprunteur .

Et notre bonimenteur de champs foire SARKOSY est bien mal placé après ses promesses de moralisation du capitalisme faites après la crise de 2008 car le nouveau plan d'aides publiques européennes d'une centaines de milliards vise avant tout le renflouement des pertes des banques européennes qui ont montré une nouvelle fois leurs incapacités à gérer pour l'intérêt général.

Rien a voir avec la culpabilisation du peuple grecque qui vivrait au dessus de ses moyens et les technocrates européens qui nous gouvernent sous influences des lobbyings des multinationales sont prêts à tout :plan d'austérité tout azimut ; privatisations des services publiques misent en oeuvre par les pseudo socialistes !!

Heureusement le peuple grecque se lève et lutte ; soyons à leurs cotés car demain risque d'être notre tour . 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article