Le blog des progressistes

ACTUALITE LOCALE

FAIT DIVERS :

 La jeunesse "dorée" enlisée !

DSC00580 

On pousse par derrière...

 DSC00577

....et on pousse par devant...

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

22 909,38 

C'est le prix de la "gigAntesque ArnAque" de la décoration "baroque" de la ville de Paray, réalisée à base de sacs poubelles blancs.

DSC00575

Ne vous trompez pas il ne s'agit pas du Pont Neuf

emballé par CRISTO

DSC00574 

c'est ça le "baroque" à la mode parodienne ! 

 

DSC00586.JPG

le décorateur devrait rembourser la ville des 22 909,38€

   

En ayant une épouse bien placée au conseil municipal, certains profitent de l'aubaine pour vendre n'importe quoi et à n'importe quel prix à la ville puisqu'il n'y a aucun appel d'offre.   Les dindons de Noël, ce sont encore les contribuables qui sont...marrons ! 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ECHOS de la Comcom

Auto-satisfaction du Président

  Environnement:

Au niveau du SMEVOM, la communauté de communes de Paray se classe bien pour le Tri sélectif des déchets.  Les courbes de progression sont sympathiques selon le Président.

Alors pourquoi enfourche-t-il un nouveau Dada?

- Le principe de la pesée embarquée

Le Président envisage la mise en place d'une redevance en remplacement de la Taxe sur l'Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM).  Cette formule incitative avec laquelle "On ne paie que ce que l'on produit" vient d'ëtre inaugurée dans la Communautée de Communes du Jura Alsacien dont le Président est par ailleurs élu au Conseil Général UMP du haut-Rhin, à majorité de droite, comme la dernière région de la métropole où elle se situe.   M. Accary va chercher les exemples chez ses amis.  Une concertation de 3 ans a cependant été nécessaire avant l'application de cette formule, la période d'essai a vu une diminution de 45% des apports dans les poubelles, quid des points de collecte collective, des dépots sauvages ?  Même si: " Ce principe permettra que les comportements éco-citoyens soient récompensés.   Chaque usager paiera en fonction du poids des déchets mis dans sa poubelle pucée."   Faut-il pour autant remettre en cause notre système de collecte mis en place depuis peu et qui donne satisfaction aux usagers, avec tous les inconvénients et les investissements nouveaux qu'entraînerait cette modification ?  Faut-il encore,et, toujours culpabiliser le consommateur invité par exemple à réduire ses achats de produits suremballés, alors que le coût du recyclage devrait être pris en charge à la source, par les fournisseurs...  Il serait aussi possible de jouer sur les coûts en mettant la pression sur les prestataires privés de la collecte, du tri, et de l'élimination des déchets qui se partagent les marchés juteux et appliquent le prix fort : la COVED (filiale de la SAUR) qui assure la collecte sur notre communauté, la SITA, (filiale de SUEZ-Environnement) qui exploite le Centre de tri de Digoin et le Centre d'Enfouissement Technique de Torcy.

DSC00589.JPG

 

 -Le quai de transfert des ordures ménagères, après le feuilleton de ses déplacements infructueux, est toujours au bois des Aisances, la route ravagée par la noria des poids lourds en témoigne.  La ville de Paray est à juste titre dans l'obligation de fermer et de réhabiliter le site actuel.  La création d'un site unique pour l'implantation du quai de transfert concernant des Communautés de Communes voisines (Charolles, Paray, Digoin, Gueugnon) à proximité du Centre de Tri de Digoin était envisagée.  Mais, Gueugnon possédait déjà son quai géré par ses soins et Digoin celui de la communautée de communes du Val de Loire... Finalement, la Comcom de Paray se rabattrait sur un terrain voisin de la nouvelle station d'épuration de Paray.   Est-ce la fin du feuilleton ? 

 

Finances :

Tout va très bien Madame la marquise, s'il n'y a pas de mauvaise surprise.

Sauf que, l'augmentation de la TVA plombe les budgets des collectivités locales (sans compter la suppression de la Taxe Professionnelle qui se solde pour la plupart des communes par une perte importante de leur ressources, 11 000€ pour Poisson...Les autres communes font leur compte, alors que la ville-centre Paray tire, comme par hasard, son épingle du jeu, avec son parc d'activités économiques des Charmes et du Champ Bossu...).   En ce qui concerne la crise, tous les conseillers communautaires présents sont sur la même longueur d'onde et entérinent l'idée que l'austérité est incontournable.  Même si le maintien électoraliste des taux des taxes locales est prévu pour 2012, ils se placent dans une logique de résignation, en acceptant d'en faire supporter les conséquences par les habitants et usagers des collectivités, alors que ceux-ci n'en sont pas responsables.  La Révision (ou plutôt Régression) des Politiques Publiques (RGPP) asphixie les collectivités locales qui n'ont plus de vision d'avenir et devant sacrifier des investissements pourtant nécessaires pour leurs habitants.  Les PME et l'emploi en font déjà les frais avec la baisse significative des commandes publiques.

 

Transport communautaire :

Suite à l'enquête menée auprès des résidents des communes situées en dehors de Paray, le nombre important de réponses favorables à la mise en place d'un transport communautaire montre que ce service correspondait à un réel besoin.  Celui-ci avait été promu en son temps par les candidats de gauche aux récentes élections cantonales. Mieux vaut tard que jamais !

 

Ecole de musique intercommunale 

A l'exception de Poisson et Nochize, les autres communes ont toutes émis un vote favorable pour le transfert de la compétence "Ecole de musique" de la municipalité de Paray à la Comcom...   Le président élu au scrutin indirect, ( c'est vrai et regrettable) s'érige en arbitre sur ce dossier épineux qui met au grand jour l'absence de transparence en ce qui concerne le fonctionnement du Conseil communautaire.  Le bon exemple est toujours suivi !  La contestation est venue de Poisson qui s'étonne surtout du coût exorbitant du fonctionnement de cette école dont le chiffrage a fait l'objet à fait l'objet de plusieurs versions contradictoires.  Mais le Président veille au grain, attention, on peut lui faire confiance.  En attendant, ça reviendrait à 250 000€  par an, la question du financement reste posée... Le "conseiller frondeur" s'est vu offrir une place dans la commission ad hoc, suffira-t-elle à le faire rentrer dans le rang ?

 

Projet d'extension de la Communautée de Communes

La Commission Départementale de Coopération Intercommunale (CDCI) présidée par le Préfet (à laquelle aucun élu communiste ne participe), a proposé d'étendre la Communauté aux communes de St Yan et de Vitry en Charollais.  Sauf que les élus de ces deux collectivités ont donné un avis défavorable à ce projet de regroupement, invoquant l'impossibilité qui leur est faite de choisir librement la Communauté qu'elles souhaiteraient rejoindre.  Sil est vrai que la logique de territoire plaide en faveur de la proposition de la commission, il n'en reste pas moins que l'obligation qui leur serait faite par le Préfet de se plier à ce nouveau découpage administratif constitue une atteinte à la souveraineté des habitants et de leurs représentants.  Le délai très court fixé par l'Etat qui voulait à tout prix passer en force sur ce dossier a été repoussé à fin 2012. 

   

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article